Un livre de cuisine… une idée de cadeau de Noël! Et une recette douillette de saison, tirée de mon petit dernier…

décembre 17, 2016 dans Newsletter par felicie

Une petite pensée en cette période où Noël se prépare!
Ici, à Maurice, cette idée des fêtes m’effleure parfois. Quelques sapins de Noëls -des pins de Norfolk, qui poussent très bien sur les îles de l’océan indien- apparaissent ici ou là, légèrement décorés. Rien de très flagrant, me semble-t-il, en tout cas « dans mon monde ». Evitant soigneusement les supermarchés, centres commerciaux et autres places de la société de consommation, mon regard ne s’y arrête pas vraiment. 

img_2194

Pour célébrer néanmoins cette belle journée de lumière, l’homme de ma vie et moi même avons booké un programme qui nous enchante: deux belles balades en montagne. Mais que nous avons revu à la baisse! Je m’explique. Sur une île, lever et coucher du soleil sont une chose essentielle, un cadeau de la nature, une merveille pour la vue. Nous avons la chance incroyable de nous trouver du bon côté de l’île pour profiter chaque jour de son plongeon derrière le lagon.

img_0345

img_0828

Pour pouvoir contempler son apparition au petit matin, il nous faut aller bien plus loin… et surtout, nous lever tôt! 
Nous avions donc prévu de monter en haut de la belle montagne du Pouce pour pouvoir profiter de sa vue imprenable sur l’Est et le Nord de Maurice. Ce qui nous faisait partir de chez nous à 3h… 
La semaine dernière, nous avons vécu une magnifique expérience en prenant pour la nuit une case traditionnelle sur une des pointes de l’Est, afin d’être sur place au lever du soleil.

img_2563

Après sa divine apparition, tout mon corps me suppliait d’aller me recoucher, j’ai alors réalisé que faire une heure de route puis grimper 45 minutes une côte ardue était bien trop ambitieux! 
Nous voici donc plutôt sur une ascension dans la matinée, et une autre, cette fois bien pour le coucher du soleil, en fin de journée. Le Morne a mes faveurs. C’est une marche très facile au début, et qui montre sa difficulté en fin de parcours. La météo très changeante, peut rendre le chemin vraiment dangereux. Lors de notre découverte du site, partis sous le soleil, le ciel s’est couvert progressivement, jusqu’à devenir noir et dense. Arrivé au sommet, la pluie s’est abattue sur la montagne. Nous sommes redescendus sur les roches glissantes, suivant l’eau qui coulait en ruisseaux! J’avoue avoir eu quelques frayeurs, une main sur la corde de rappel, la seconde cherchant une prise, un pied sur une motte de terre, et l’autre dans le vide! Je n’ai donc qu’une envie: remonter et contempler la vue incroyable qui nous est offerte!

img_2214

img_2228

 Mais revenons à Noël!

Le Père Noël m’a soufflé que je devrais rappeler à tous ceux qui sont missionnés par le grand patron que deux livres de cuisine sont disponibles afin de constituer de beaux cadeaux sous le sapin!

981198_779095868900843_8478251870954386222_o

img_0171
Vous trouverez Japonismes et La cuisine santé des cinq saisons dans toute bonne librairie (sinon, exigez sur le champ que le libraire le fasse rentrer en rayon!) et bien sûr, ici et.

Et voici un petit cadeau, tiré de mon dernier livre.
Une recette douillette, bien de saison!

5saisons5245

Cette recette est inspirée par le principe du risotto, sur lequel j’ai pris d’immmmmenses libertés, je dois le reconnaitre!
Le sarrasin, qui lui a donné son nom de Zin’otto, est une graine formidable, d’une grande richesse nutritionnelle. A tous, elle apporte une douce énergie réchauffante, et pour les végé, elle offre une protéine complète et assimilable (évitant ainsi la « complémentation » lors du repas: une chose de moins à penser!). Sa saveur est délicate, noisettée. Sa texture est légèrement visqueuse, par le mucilage qu’il contient, mais une bonne cuisson offre des grains qui se détachent bien, agréables en bouche. J’aime lorsque la cuisine est envahie par son parfum!

5saisons5088

Zin’otto aux champignons et potimarron
Temps de préparation : 30 min
Temps de cuisson : 30 min

 150 gr de sarrasin décortiqué
250 gr de champignons de Paris nettoyés et coupés en 4 (si moyens) ou en 6 (si gros)
250 gr de potimarron en petits morceaux (de la taille des champignons)
1 c à s de tamari
1 c à s de mirin
1 oignon rouge en petits dés
½ c à c de sel fumé
500 ml de bouillon de légumes
200 ml de lait de sarrasin
le jus d’1/2 citron
1 c à s bombée de purée d’amandes blanches
1 c à s d’huile de sésame grillé

5saisons5462

Dans une poêle (en fonte si possible) faire réduire les champignons, à sec, sur un feu moyen, en remuant régulièrement. Cuire le potimarron à la vapeur jusqu’à ce qu’il soit tendre et l’ajouter à la poêlée de champignons. Réserver les légumes dans la poêle, feu éteint.
Faire chauffer le bouillon et le lait et maintenir au chaud sur un feu très doux.
Dans une sauteuse, faire revenir l’oignon dans l’huile et laisser dorer légèrement, ajouter le sarrasin et remuer. Commencer la cuisson façon risotto : ajouter le liquide chaud louche après louche en remuant. Une fois tout le liquide absorbé, ajouter le mirin, le tamari, le jus de citron, le sel et la purée d’amandes. Mélanger. Ajouter enfin les légumes et mélanger délicatement une dernière fois.

Pour le « parmesan » de kasha et noisettes :

1 c à s de noisettes grillées
1 c à s de kasha
1 c à s de levure maltée
½ c à c de sel à la truffe

Réduire les noisettes et le kasha en poudre grossière et les incorporer aux autres ingrédients.

Pour servir : origan séché (feuilles et fleurs)

Répartir le zin’otto dans les assiettes, parsemer de parmesan de kasha et d’origan séché.

Pour nous point de zin’otto, je travaille le sarrasin en version pancakes, après trempage et fermentation: une pâte onctueuse, qui, toujours grâce au mucilage de la dite graine, offre une petite crêpe ultra moelleuse! Bien heureux d’avoir avec moi mon blender de poche…

JOYEUSES FETES!

img_0936

 

 

Print Friendly, PDF & Email