Good-Bye Australia,

Face au vent qui souffle toujours sur Flat Rock, je contemple les nuages qui prennent de magnifiques nuances de rose. Le soleil inonde les coulisses que sont les Blue Mountains. Devant moi, une vallée, des montagnes, à n’en plus finir, un paysage sans heurt et embrumé. La forte chaleur de la journée fait remonter l’humidité sous forme d’une brume qui donne à ce tableau une douceur incroyable.
Je pars demain.
Je quitte ce pays que j’aime tant.

roche

7 600 000 km2 de liberté, où la nature est toute puissante. Au quotidien, je me laisse envahir par la sérénité que cela provoque d’être entourée d’espace, de vide, d’air, de grandeur. Je respire à plein poumon les essences d’eucalyptus qui teintent d’un voile bleuté ces belles montagnes. Je galope sur des chemins rocheux, surplombant la vallée ou des sentiers en contre bas d’où je regarde la cime des arbres avec vertige.

eucalyptus

J’aime ces arbres, je les sens épanouis, heureux. Ils vivent leur vie ; et elle n’est pas facile ! La concurrence vers la lumière est souvent rude, et c’est à qui sera la plus fort. Il y aussi le feu de bush, qui ratiboise en quelques heures des hectares entiers de forêt. Flat Rock justement, que j’ai connu luxuriant se remet doucement d’un épisode dévastateur. Noir, le paysage est étrangement sombre.  Pourtant quelques fleurs natives poussent déjà, et de très jeunes eucalyptus, encore un peu fous, entourent les troncs brûlés.

Connu pour être le continent le plus sec à la terre la moins fertile, je me trouve face à la preuve du contraire ! Des jardins verts et remplis de fleurs et d’herbes aromatiques, des fougères de toutes sortes, des arbustes natifs qui se parent de pompons roses. C’est la fête.

IMGP5141 copie

jardin

C’est la fin de l’été aussi, quand, tranquillement, la saison touche à sa fin pour laisser sa place à la robe pourpre de l’automne, lorsque les érables des vastes rues se pareront de couleurs chatoyantes. Aussi, les légumes et les fruits sont à leur comble : encore des mangues juteuses et sucrées, déjà des nashis croquants et parfumés. Les premières courges font leur entrée, pour notre plus grand bonheur. Pas de doute, rôties à l’huile d’olive, elles restent un éternel délice ! Parfumées d’épices à curry et de feuilles de lime et de curry fraiches ou encore de poivre noir, citronnelle et tamari… elles accompagnent à merveille une belle salade du jardin : feuilles de chêne, roquette, laitue, fleurs de capucine, persil frisé, basilic. Les tomates sont gorgées de soleil, elles sont tellement sucrées qu’un jour, j’ai eu envie de les croquer avec des dates Medjool. Grand bien m’en a pris ! Vous essayerez l’été prochain…

vegg

vegg+fleurs

Ici ce sont donc des bols que nous remplissons de ces produits frais et savoureux. « Aussie bowl » pourrais je dire. Version locale des rainbow, buddha ou bliss bowls dont vous avez peut-être entendu parler ? C’est un concept bien ancien remis au goût du jour, qui prend ses racines dans une macrobiotique mal aimée, et qui pourtant nous montre aujourd’hui combien ses préceptes avaient un sens. Une base de céréale, un légume cru, un légume cuit, une protéine, et quelques condiments : oléagineux, algues, aromates, que sais je encore ! Une petite sauce toute simple pour napper le tout (aussi simple qu’une bonne huile de lin et un filet de tamari !). Facile à composer, il permet de mélanger quelques restes à du tout frais (ou l’inverse !), et se montre toujours réussi ! Magique, on ne peut jamais faire deux fois la même chose, fini le temps du « mercredi c’est spaghetti » ! Anyway… je vous laisse y penser. Et puis, ces « bols heureux » sont au sommaire de mon livre numéro deux, alors si vous avez la patience d’attendre l’automne prochain, vous aurez quelques idées à picorer !

Ah oui, numéro deux, parce qu’effectivement il y a un numéro un qui sort très bientôt ! Je vous en reparlerai, mais en attendant notez dans vos tablettes que le 10 Mars, « Japonismes » sort chez Gallimard. Happy me ! (Dans mes petits souliers aussi !)

En parlant de livre, ici fût aussi un temps de nourriture intellectuelle, qu’elle soit culinaire (découverte d’auteurs anglophones et de blogs), spirituelle, créative ou encore parfaitement terre à terre (mais ô combien bénéfique pour améliorer son anglais !).
Quelques notions de météorologie, des réflexions en yoga, ou encore l’observation des insectes et animaux sont venus compléter ma présence à l’instant.
A l’image de ce nid incroyable de bower bird, qui, pour séduire sa belle, rassemble autant d’objets bleus que possible autour de sa construction (magnifique!):

bower bird

Comment être ailleurs que dans l’instant présent lorsque, alors que je me baigne dans l’eau fraiche d’une rivière qui court sur la roche, je me fais pincer l’orteil ! Une écrevisse d’eau douce que je n’avais pas vue, énorme crustacé au fond du trou d’eau dans lequel je me régalais, est venu me rappeler à la magie du moment ! Et lorsque je me suis retrouvée face à une piscine naturelle bien plus grande, plus profonde, plus noire, mais où, Ciel!, qu’est ce que j’avais envie d’aller rire sous la cascade de l’autre côté du banc de sable, il m’a fallu prendre sur moi pour ne pas laisser libre court à une imagination débordante ! Et si un monstre du Loch Ness local dormait sous ces eaux calmes ?! Ouf, j’ai sauté dans l’eau, et croyez moi, elle était plus que bonne et bienvenue sous cette intense chaleur !

cascade

En rentrant, je croise une fourmi portant sur son dos une plume de perroquet, grand comme 20 fois sa taille, un hélicoptère et deux ambulances façon out-back –sans doute un accident dans le bush- et un groupe de cockatoo mouchetant de blanc la cime d’un arbre. Ils semblent tenir une réunion. Je ramasse moi même une plume que je suggère celle d’un lyre bird, quelques baies du bush que j’ai appris comestibles il y a 12 ans maintenant, frotte entre mes doigts quelques feuilles de lemon myrtle que je porte sous mes narines et souris devant la ténacité d’une belle araignée à faire sa toile. Voilà ce que j’aime ici !

baies

Dans mon sac, quelques noix de macadamia, des bananes lady fingers et des mangues séchées du Queensland feront la transition vers ma prochaine destination. En prenant le train métallique qui relit les Bleu Mountains à Sydney, je regarderai défiler le paysage, je sentirai déjà le parfum d’une ville dans laquelle il fait bon vivre, et je fermerai mes yeux pour revivre encore quelques instants ces forts moments australiens.

bondi+fleur

bondi

Je vous envoie une bonne dose d’énergie positive !

A bientôt,

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.